Organisation nationale des travailleuses et travailleurs retraités des postes (ONTTRP)

« Représenter les travailleuses et travailleurs des postes à la retraite et défendre leurs droits en matière de retraite, ainsi que leurs prestations et avantages sociaux. »

Voici le premier bulletin de l’Organisation nationale des travailleuses et travailleurs retraités des postes (ONTTRP). Nous vous remercions d’avoir répondu à l’invitation à vous joindre à cette nouvelle organisation. Vous reconnaissez qu’il est nécessaire de protéger notre régime de retraite et nos avantages sociaux.
L’attaque contre les régimes de retraite

  • Dans le cadre des négociations collectives, les employeurs exigent des reculs relativement aux régimes de retraite. En général, les travailleuses et travailleurs sont parvenus à repousser ces attaques, mais certains ont subi des reculs.
  • Aux paliers fédéral et provincial, les gouvernements s’attaquent aux régimes de retraite, et plus particulièrement aux régimes à prestations déterminées. (Voir
    l’information sur le projet de loi C-27 présentée ci-dessous.)
  • Les médias s’en prennent aux régimes de retraite et diffusent des renseignements erronés à leur sujet. Passez à l’action
  • Lisez l’article présenté ci-dessous sur le projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension. Nous devons intervenir de toute urgence. Des mesures sont proposées à la fin de l’article.
  • Le STTP entreprendra bientôt une nouvelle ronde de négociation. Prêtez attention aux demandes de l’employeur et appuyez les travailleuses et travailleurs des postes dans le cadre de leurs négociations. Consultez le site Web du STTP pour vous tenir au courant.
  • S’il y a un groupe local de membres retraités dans votre secteur, veuillez-y participer.
  • Appuyez la campagne du STTP en faveur des services bancaires postaux. Les services bancaires postaux connaissent beaucoup de succès dans d’autres pays. Le Canada compte de nombreuses collectivités, surtout en milieu rural, qui sont très mal desservies par les services bancaires traditionnels. Malgré cela, les grandes banques ont annoncé des fermetures de succursales additionnelles. La mise sur pied d’une banque postale hausserait la valeur de Postes Canada aux yeux de la population et contribuerait à sa viabilité financière. Voilà de bonnes nouvelles
    pour les négociations!
  • Appuyez la campagne en faveur de la livraison à domicile.
  • Si vous voyez d’autres travailleuses et travailleurs lutter contre une attaque visant leur régime de retraite, appuyez-les. La moindre perte à cet égard nous
    affaiblit toutes et tous.
  • Réagissez lorsque les médias diffusent des renseignements erronés et mènent des attaques contre les régimes de retraite.
  • Notre organisation

  • L’ONTTRP compte plus de 900 membres, et de nouveaux membres s’y joignent chaque mois. De plus, un grand nombre de travailleuses et travailleurs des postes
    retraités ont dit souhaiter y adhérer.
  • Le travail juridique relatif à la constitution de l’ONTTRP en tant qu’organisme à but non lucratif progresse rapidement et devrait être terminé ce mois-ci. Un conseil d’administration intérimaire (voir la liste des membres ci-dessous) sera en place jusqu’au moment où nous pourrons tenir une assemblée générale annuelle.
  • Une fois que nos règlements et statuts provisoires auront été approuvés par le conseil, la date du début de la période d’application des frais annuels sera fixée et les frais d’adhésion versés s’appliqueront à l’année suivante. Autrement dit, les 24 $ que vous avez payés couvriront vos frais d’adhésion pour le reste de 2017 et pour au moins la moitié de 2018.
  • Savoir, c’est pouvoir

    Nous allons communiquer de l’information au moyen du présent bulletin, d’un site Web et d’une page Facebook. Nous devons maintenir la communication entre l’ONTTRP, les membres et les groupes locaux de personnes retraitées. En étant bien informés, nous serons mieux en mesure, individuellement et collectivement, de lutter contre la désinformation des employeurs et des médias au sujet des régimes de retraite. Il n’est pas question que nous passions notre retraite dans la pauvreté, et nous refusons d’accepter un tel avenir pour nos enfants alors que les grandes entreprises et leurs cadres supérieurs continuent d’empocher des bonis et une part toujours plus importante des profits.

    Nous avons peut-être pris notre retraite de Postes Canada, mais nous ne pouvons pas nous permettre de prendre notre retraite de la vie. Il nous faut être bien informés et engagés pour défendre notre avenir.

    Les libéraux ont présenté à la Chambre des communes le projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension. Ce projet de loi est une attaque contre notre régime de retraite! Nous devons en empêcher l’adoption. Le projet de loi C-27 permettra à Postes Canada et à d’autres employeurs du secteur fédéral dont le personnel bénéficie d’un régime de retraite à prestations déterminées de se soustraire à leur obligation juridique de payer les prestations de retraite promises à leurs employées et employés et déjà acquises par ces derniers. Ce projet de loi aurait comme conséquence de précariser notre retraite.

    Voici une comparaison entre la situation actuelle et celle qui prévaudra si le projet de loi est adopté: Aux termes du régime de retraite à prestations déterminées de Postes Canada, notre
    retraite est assurée. Le montant de nos prestations ne change pas selon les fluctuations des marchés boursiers. Nous pouvons calculer le montant de nos prestations futures en fonction de notre âge, de nos revenus et de nos années de service. Nous bénéficions d’une retraite sûre.

    Les conséquences possibles du projet de loi C-27 :

    Le projet de loi C-27 permettra à l’employeur de modifier notre régime de retraite pour en faire un régime à prestations cibles (sous réserve d’une forme de consentement). Dans le cadre d’un régime de retraite à prestations cibles, le montant fixé pour la retraite n’est qu’une cible. Il peut diminuer advenant une baisse des marchés boursiers. Ce régime ne permet pas de calculer le montant de nos prestations de retraite à venir. Réduction du montant des prestations de retraite actuellement versées

    Aux termes du régime de retraite à prestations déterminées de Postes Canada, il est pratiquement impossible de réduire le montant des prestations actuellement versées aux membres à la retraite. Avec un régime à prestations cibles, le montant des prestations versées aux membres retraités peut diminuer si le régime éprouve des difficultés. Les membres retraités, qui bénéficient actuellement d’une retraite sûre, pourraient ainsi être plongés dans l’incertitude.

    Élimination du droit aux prestations d’invalidité et aux prestations de survivant Aux termes du régime de retraite à prestations déterminées de Postes Canada, il est pratiquement impossible de nier aux personnes admissibles le droit aux prestations d’invalidité (retraite pour raisons médicales) et à la pension d’invalidité du survivant. Il est aussi pratiquement impossible de nier le droit aux prestations de survivant au conjoint ou à la conjointe admissible d’une personne décédée qui cotisait au régime de retraite.

    Dans le cadre d’un régime de retraite à prestations cibles, les prestations de survivant peuvent être complètement éliminées si le régime éprouve des difficultés. Pressions exercées sur les travailleuses et travailleurs et les retraités pour qu’ils quittent le régime de retraite À toutes fins pratiques aux termes du régime de retraite à prestations déterminées de Postes Canada, l’employeur ne peut pas contacter individuellement les travailleuses et travailleurs ni les membres retraités pour les inciter à quitter le régime.

    Le projet de loi C-27 permettra à Postes Canada de communiquer individuellement avec les travailleuses et travailleurs et les retraités pour les convaincre de quitter le régime à prestations déterminées afin d’adhérer à un régime à prestations cibles. Si le projet de loi est adopté, chaque travailleur et travailleuse et chaque personne retraitée risque de subir d’énormes pressions de la part de l’employeur. Si le régime de retraite accuse un déficit. Si notre régime à prestations déterminées accuse un déficit, Postes Canada est tenue de le combler. Selon la dernière évaluation sur le plan de la continuité, le régime de retraite de Postes Canada enregistre un excédent de 1,2 milliard $. Une évaluation sur le plan de la continuité est fondée sur le principe que le régime va être maintenu. Il est vrai que le régime accuse un déficit de solvabilité de 5,9 milliards $. Mais un tel déficit n’entre en jeu que si le régime de retraite est liquidé. Au lieu du projet de loi C-27, le gouvernement fédéral devrait proposer une mesure législative visant à exempter le régime de retraite de Postes Canada des évaluations de la solvabilité. En Colombie-Britannique, tous les principaux régimes de retraite sont exemptés de ces évaluations. Si un régime de retraite à prestations cibles accuse un déficit, le montant des prestations qui seront versées aux futurs retraités est réduit, et le montant des prestations versées aux membres à la retraite peut aussi diminuer. Advenant un déficit du régime, les risques sont entièrement assumés par les membres actifs et retraités, et leurs prestations de retraite sont touchées.

    Protection du revenu des membres retraités

    Aux termes d’un régime de retraite à prestations déterminées, il est très difficile de diminuer le montant des prestations touchées par les membres retraités. Le projet de loi C-27 compte des dispositions extrêmes et inhabituelles permettant aux employeurs de trahir les promesses faites aux travailleuses et travailleurs et aux retraités en matière de prestations de retraite.

    En juillet 2015, Justin Trudeau a donné l’assurance aux Canadiennes et Canadiens que « les régimes à prestations déterminées qui ont déjà été financés par les employés et les retraités ne devraient pas être modifiés rétroactivement en régimes à prestations cibles ».

    En mettant de l’avant le projet de loi C-27, le premier ministre fait complètement fi de sa promesse.

    Nous avons besoin de votre aide pour dire NON au projet de loi C-27 Nous pouvons empêcher l’adoption du projet de loi C-27, mais nous avons besoin de votre aide. Nous vous demandons de prendre les mesures suivantes:

    1- Envoyez une lettre ou un courriel au ministre des Finances, Bill Morneau, pour lui demander de retirer immédiatement le projet de loi C-27. Son adresse de courriel est justin.trudeau@parl.gc.ca.

    2- Encouragez vos amis, votre famille et vos consœurs et confrères de travail à envoyer une lettre ou un courriel au ministre Bill Morneau. Vous pourriez même faire circuler une lettre destinée à Bill Morneau, exigeant le retrait du projet de loi C-27, et demander à vos consœurs et confrères de travail de la signer.

    L’Organisation nationale des travailleuses et travailleurs retraités des postes s’oppose au projet de loi C-27. Le confrère Mike Palecek, président national du STTP, a écrit une lettre à Bill Morneau, ministre fédéral des Finances, dans laquelle il s’oppose fermement au projet de loi C-27. L’Association des syndicalistes à la retraite du Canada (ASRC), des organisations de personnes âgées d’un bout à l’autre du pays et de même que le Congrès du travail du Canada s’opposent à ce projet de loi.

    Veuillez poser ces gestes pour protéger votre régime de retraite à prestations déterminées!

    Nouvellement élus pour représenter les membres retraités au Conseil consultatif des pensions (CCP) de Postes Canada: Karen Kennedy et Peter Whitaker du STTP, ainsi que Bill Price de l’AOPC.

    Pour communiquer avec eux, utilisez les liens relatifs au CCP figurant sur le site de Postes Canada dédié au régime de retraite.

    Attaques contre la sécurité de la retraite Le 19 octobre 2016, soit un an jour pour jour après l’élection du gouvernement libéral, Bill Morneau, ministre des Finances, a présenté le projet de loi C-27, qui établit le cadre législatif pour la mise en place de régimes de retraite à prestations cibles destinés aux travailleuses et travailleurs du secteur privé fédéral et des sociétés d’État.

    La présentation du projet de loi n’a pas été accompagnée d’un communiqué de presse ni précédée d’un avis à l’intention des syndicats, des membres des régimes de retraite ou des personnes retraitées, et le projet de loi n’a fait l’objet d’aucune consultation publique.

    Les syndicats et les groupes de retraités n’ont pas tardé à dénoncer cette tentative entreprise par les libéraux pour ressusciter le programme de régimes à prestations cibles du gouvernement conservateur de Stephen Harper, abandonné en 2014. Les principaux syndicats ont demandé au ministre des Finances de retirer le projet de loi. Le 7 février, 341 personnes retraitées et membres de syndicats ont exercé des pressions à cette fin sur leur députée ou député fédéral.

    En février, le ministre des Finances a indiqué qu’il mettait le projet de loi C-27 en suspens jusqu’au 15 mai et qu’il avait invité un certain nombre de syndicats à présenter un mémoire à ce sujet. Le gouvernement n’a invité aucun groupe de retraités et aucune personne à la retraite à présenter un mémoire, et il n’a pas non plus invité la population à le faire, et ce, malgré de nombreuses demandes à cette fin. Enfin, le 25 avril, le ministère des Finances a cédé aux pressions et a avisé l’Association nationale des retraités fédéraux que des mémoires pouvaient être présentés jusqu’à la mi-mai. Cette invitation, faite après la présentation du projet de loi C-27 à la Chambre des communes, met en doute la pertinence des consultations. Des changements au contexte des régimes de retraite, apportés au moyen d’un programme de régimes à prestations cibles conçu de manière à permettre aux employeurs et aux gouvernements de renier leurs promesses en matière de pension et de se soustraire à leurs obligations juridiques, ne peuvent avoir lieu sans la tenue d’un débat public et de consultations véritables et exhaustives, y compris auprès des personnes à la retraite.

    Dans une lettre envoyée à certains syndicats, le ministère des Finances déclare que « [traduction] le gouvernement est toujours disposé à entendre le point de vue des intervenants
    relativement à ses engagements et à ses actions », mais la réalité s’est avérée toute autre.

    Des milliers de personnes retraitées et de cotisants à un régime de retraite ont écrit à leur députée ou député fédéral. Ils ont tous reçu la même réponse comprenant entre autres la phrase « [ traduction] exige le consentement informé des participants au régime et des retraités» surlignée en gras. Il est peu probable que le consentement à un régime de retraite à prestations cibles soit informé ou donné librement. Les employeurs qui parviendront à convaincre les cotisants de renoncer à leurs prestations déterminées en titreront des profits énormes. À cette fin, les employeurs peuvent offrir des avantages, de la formation et des possibilités de promotion, une bonification des avantages sociaux et de la rémunération, ou simplement s’engager à continuer d’investir dans les activités et le personnel de l’entreprise. Bon nombre de personnes retraitées s’inquiètent à juste titre de leur avenir, mais ont une compréhension limitée de leur régime de retraite. Les employeurs peuvent aussi recourir aux menaces: possibles pertes d’emplois, réduction des heures de travail, diminution des investissements, nombre restreint de possibilités en milieu de travail, réduction des avantages sociaux, et même menaces de lock-out, de restructuration ou de faillite si les membres refusent de renoncer aux avantages liés à leur régime de retraite à prestations déterminées.

    En 2011, le gouvernement a adopté une loi de retour au travail visant les travailleuses et travailleurs des postes qui imposait un processus d’arbitrage définitif et exécutoire des offres finales. La loi indiquait aussi que l’arbitre devait examiner le régime de retraite et qu’il ne pouvait pas imposer de mesures ayant pour effet d’augmenter le déficit.

    L’ambiguïté du projet de loi C-27 quant au rôle des syndicats en ce qui a trait au processus de consentement relatif à la conversion des régimes à prestations déterminées en régimes à prestations cibles a de quoi inquiéter. Si les syndicats représentant les employées et employés de Postes Canada sont obligés de consentir, au nom de leurs membres, à la conversion de leur régime à prestations déterminées en régime à prestations cibles, les retraités feraient face à un fait accompli puisque plus personne ne contribuerait alors au régime à prestations déterminées. Le gouvernement libéral fait preuve de malhonnêteté en suggérant que la conversion se fera sur la base d’un « consentement individuel ».

    Le 8 mai, Hassan Yussuff, président du CTC, a communiqué le message suivant au ministre Morneau : « [traduction] Si vous ne retirez ou ne modifiez pas le projet de loi C-27, vous allez faire face au plus important mouvement de protestation du siècle. » Les déléguées et délégués à la dernière assemblée générale du CTC ont adopté une proposition qui permettrait de régler le problème relatif aux régimes de retraite au Canada: «maintenir l’âge d’admissibilité actuel et augmenter le montant des prestations de retraite afin que personne ne vive dans la pauvreté après avoir travaillé toute sa vie. »

    Rétablissement de la livraison à domicile

    La livraison du courrier à domicile joue un rôle important dans la vie des retraités et des personnes âgées, surtout dans les régions urbaines et suburbaines. C’est pourquoi nous devons exercer des pressions pour amener le gouvernement fédéral et Postes Canada à rétablir la livraison du courrier à domicile aux résidences qui ont perdu ce service depuis 2013.

    Le rétablissement de la livraison à domicile est important pour de nombreuses raisons:

    Les gens ont peur de faire des chutes et de glisser lorsqu’ils doivent marcher jusqu’à la boîte postale communautaire pour y ramasser leur courrier.

    Les boîtes postales communautaires font l’objet d’un nombre croissant de vols de courrier. Nous voulons que notre courrier soit en sûreté.

    En étant présents cinq jours par semaine dans nos quartiers, les factrices et facteurs assurent une forme de surveillance et protègent notre bien-être.

    La livraison à domicile est une option écologique. Elle protège l’environnement pour nous et pour les générations à venir.

    Veuillez écrire à votre députée ou député fédéral pour l’inciter à demander le rétablissement de la livraison à domicile.

    La banque postale – sensée et rentable

    Les services bancaires postaux sont une bonne idée. Ils fonctionnent dans de nombreux pays, dont la France, l’Inde, la Suisse, le Brésil, la Chine et l’Italie. Ils peuvent fonctionner tout aussi bien au Canada.

    D’un bout à l’autre du pays, des milliers de collectivités rurales sont dépourvues de succursales bancaires. Toutefois, elles disposent d’un bureau de poste qui pourrait facilement permettre à la population d’avoir accès à des services bancaires et à d’autres services financiers. Que Postes Canada offre des services bancaires dans ces collectivités relève du gros bon sens.

    Selon un rapport publié en 2015, un nombre croissant de personnes âgées ont recours aux prêts sur salaire en Ontario. Nous croyons que la même situation prévaut partout ailleurs au pays. En d’autres termes, les personnes âgées dépendent de plus en plus des services usuriers des prêteurs sur salaire. Ce n’est pas une bonne nouvelle. Une banque postale pourrait offrir une option de rechange aux prêts sur salaire.

    Malgré les profits faramineux qu’elles réalisent, les banques canadiennes réduisent leurs services, ferment des succursales et exigent des frais de service et de guichet automatique
    parmi les plus élevés au monde. La population mérite mieux que cela.

    De nombreux pays offrent déjà des services bancaires postaux. Ceux-ci servent à assurer un accès inclusif aux services bancaires, à favoriser le développement économique et à générer des revenus permettant de préserver le service postal public et les emplois qui s’y rattachent. Le Canada a eu sa propre banque postale jusqu’en 1968. Il est temps de la rétablir.

    Visitez le site http://www.cupw.ca/fr/campaign/resources/p%C3%A9tition-demandant-au-gouvernement-d%E2%80%99exiger-de-postes-canada-qu%E2%80%99elle-offre-des
    pour télécharger la pétition du STTP en faveur de la création d’une banque postale.

    Signez la pétition et faites-la circuler parmi vos amis et voisins pour qu’ils la signent aussi.
    Ensemble, nous pouvons faire de la banque postale une réalité.

    Membres du comité directeur intérimaire de l’ONTTRP :

    Président: Jean-Claude Parrot

    Vice-présidente: Lynn Bue
    Secrétaire-trésorier: Evert Hoogers

    Représentantes et représentants régionaux:

    Ivy Shaw
    Diane Castonguay
    André Frappier
    Sue Scott-Mallet
    Larry Lukkarinen
    Peter Whitaker
    Karen Kennedy
    Marion Pollack
    Le bulletin de l’ONTTRP est produit par un comité de volontaires.

    ©20 17 militantes et militants retraités 1| onttrp