LES RETRAITÉS ET L’IMPACT DE LA CRISE

Il apparaît important d’apporter certaines précisions au texte que Monsieur Sansfaçon a publié dans l’édition du 17 janvier du Devoir. L’Assemblée nationale vient effectivement d’acquiescer à  la demande des employeurs en prolongeant, de cinq à  dix ans, la période réglementaire pour combler le déficit actuariel des caisses de retraite. Pendant cette période, ils n’auront qu’à  verser un minimum dans les caisses de retraite, conservant leurs liquidités pour survivre à  la crise et limitant, par conséquent, les pertes d’emploi. Ce qui est un objectif louable en soi. Lire la suite